MARSEILLE VS LOS ANGELES

 

Parisienne, c’est lors d’un voyage en Californie que mon cœur s’est tourné vers Marseille. En parcourant Los Angeles, impossible de ne pas voir les mille ressemblances avec la cité phocéenne. Et pour cause, il souffle un vent d’Ouest sur Marseille, définitivement plus accessible, plus mixte et plus chaude que la capitale parisienne.

Avec 1,56 million d’habitants ET 240 km2, la plus grande ville de France surprend par la diversité et l’étendue de ses quartiers… Comme Los Angeles, elle est immense, automobile, et nécessite quelques clefs d’entrée pour en profiter pleinement …

http%3A%2F%2Fwww.slate.fr%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2Fphotos%2Fc.fort_marseille

« AUTOPIA »

Los Angeles, surnommée « Autopia » par l’architecte Reyner Banham, est connue comme le temple de l’automobile, où il est quasiment impossible de circuler à pieds.

Si Marseille est bien desservie par les transports, la voiture reste incontournable pour sortir du centre. Dans la plus ancienne ville de France (- 600 ans av. JC), mieux vaut éviter les heures de pointes – jusqu’à plusieurs heures d’embouteillage ! – ou filer en vespa.

marseille boulevard euromediterranee

 

 

« LA VILLE AUX 111 QUARTIERS »

La gigantesque Los Angeles ne propose pas de centre-ville déterminé, mais une réunion de 88 petites cités très différentes : Silver Lake,  Hollywood, Echo Park, Beverly Hills, Downtown, Chinatown … sans compter ses spots balnéaires, de Santa Monica à Venice Beach… La diversité y est sociale, architecturale et gastronomique.

Pour l’économiste Philippe Langevin, « Marseille n’existe pas. Les Anglais qui écrivent le nom de la ville avec un S à la fin ont raison ». Segmentée en 16 arrondissements, « La ville aux 111 quartiers » apparaît comme un conglomérat de villages aux identités très fortes, intégrés progressivement dans son expansion. Du très bobo Panier au touristique Vieux Port, du mignon Vallon des Auffes à l’exotique XXème, de l’hausmannienne rue de la Paix au populaire Cours Julien…

L’ADN de Los Angeles intègre aussi bien les « gangs » de certains quartiers chauds, que les villas de stars. De même, Marseille est scindée entre les quartiers riches comme le Roucas Blanc (où vit notre Goldman national) et les fameux quartiers Nord, noyau d’une délinquance qui alimente de nombreux stéréotypes sur la ville. Le taux de pauvreté passe ainsi de 73 % au nord à 7 % au sud…

olo

 

 

ENCORE ACCESSIBLE

Hormis les quartiers huppés de Bel Air et des environs, Los Angeles reste bien plus accessible que sa voisine San Francisco, cœur de la Silicon Valley, en passe de dépasser le prix des loyers de Manhattan…
Même si l’immobilier monte en flèche dans les quartiers riches de Marseille (8ème, 9ème), on est encore loin des prix parisiens ! Pas trop difficile de trouver un appartement avec un petit bout de terrasse ou de jardin. Et tout le monde se promène avec un chien.

marseille vue bonne mere encore accessible


PROFUSION CRÉATIVE

Le New-York Times décrivait en 2015 le phénomène de migration des artistes new-yorkais, fuyant le froid et les loyers pour le soleil de L.A. La jeune création se concentre dans les warehouse reconvertis en galeries d’art, les studios de cinéma et de musique. La ville abrite les mastodontes du LACMA, MoCA, Getty Museum, ainsi qu’un patrimoine d’architecture moderne unique (Franck Loyd Wright, Charles Eames, Franck Gehry …).

Capitale Culturelle Européenne en 2013, Marseille ne cesse plus d’agrandir et dynamiser son offre culturelle. La création du Mucem, dédié au patrimoine méditerranéen, s’ajoute à La Friche et à La Vieille Charité. Fortement détruite pendant la 2de Guerre Mondiale, la ville abrite un important patrimoine d’architecture moderne, comme la Cité radieuse du Corbusier et les reconstructions de Pouillon… L’été, des cinémas éphémères se logent sur les terrasses et dans les parcs.

Et si l’on en veut encore, rien de plus simple que de rejoindre la voisine Aix-en-Provence, qui abrite le tout nouvel hôtel Caumont, le musée Granet, la mythique Fondation Vasarely… Dans la région, on visite les châteaux de Provence, ou l’incroyable Château Lacoste.

On ne compte plus les étoiles hollywoodiennes du Walk of Fame… Mais à Marseille, on a déjà les villas de Jean-Jacques Goldman et Daniel Auteuil. Et même un studio de cinéma pour tourner Plus Belle la vie – qui signe tout de même sa 12ème année d’existence, véritable record du PAF !

 

marseille mucem

 

LA MER, LA NATURE, LA VIE

On a tous entendu parler de ses 270 jours de soleil par an, température comprise entre 18° et 30°. L’hyper-urbanisée Los Angeles s’étend sur 240 km de plage, regorge de plantes exotiques, à seulement 40 minutes du grand parc naturel Joshua Park.

Mais la force de Marseille n’est-elle pas son ancrage au sein d’une nature méditerranéenne douce et luxuriante ? Comme à L.A., on se promène à l’ombre des palmiers toute l’année. L’été venu, on fuit le centre-ville pour se rafraichir dans les criques sauvages des Calanques, Corniche Kennedy, Malmousque, Pointe Rouge, Goudes, Sugiton, Frioul, Cassis… Car c’est la mer, bien sûr, qui a forgé l’identité de ce port de pêcheurs, et son plat emblématique : la bouillabaisse. Les jeunes y rivalisent des plus beaux plongeons, les moins farouches sautent directement dans le port, derrière le Mucem.

Du haut de sa colline quasi-hollywoodienne, Notre-Dame-de-la-Garde, la « bonne mère » marseillaise, domine la ville et protège ses habitants. Au Nord, la plaine de Luminy accueille un pôle universitaire en pleine forêt. Pour les plus aventuriers, les gorges du Verdon ne sont qu’à 1h20 de voiture, les stations de ski à 30min.

 

marseille calanques sormiou angela perigot
Photo Angela Perigot 2015


LES GENS, LA CAGOLE, LA FÊTE

À L.A. bien sûr, tout est « exciting » et tout le monde est « amazing ». On se donne du hug et du « honey sweety pie » à profusion.

À Marseille les gens se parlent. Et parlent fort. L’accent est chantant. Les petits vieux t’alpaguent à l’arrêt de bus. Les cagoles envoient promener les passants trop insistants. Bref, on vit, on communique – ce qu’on avait oublié de faire à Paris. Véritable emblème local, la Cagole marseillaise est la cousine de la Bimbo californienne : elles partagent les mini-shorts et les ongles laqués.

Jeune et populaire, Marseille est bien vivante. Le rituel de l’apéro – institution locale avec Pernot Ricard côté au CAC 40 – et la fête s’invitent partout : au cours Julien, sur le toit de la Friche, à la Villa Valmer, au Parc Borély, aux terrasses du Port… Si les rooftops du Standard Downtown ou du ACE Hotel sont célèbres, Marseille peut se targuer des 2 000 m2 de terrasse de la Friche, ou des pool parties du Radisson Blue.

rooftop R2 terrasses du port marseille

 

EN BREF,

c’est bien la diversité et l’ouverture qui caractérisent et relient ces deux villes, que ce soit au cœur de la population, des quartiers, de l’architecture, la nature et la culture… Terres historiques d’accueil, tournées vers la mer, on retrouve à Marseille l’esprit californien et les palmiers, avec l’authenticité et la bouillabaisse en plus, et le bling-bling en moins ! – Et en prime, on a la sécurité sociale et l’enseignement gratuit.

 

Texte : Angela Perigot, 2016

 

 

Advertisements